En représentation

Maman Chaperon

Théâtre musical en parole, musique et signes. Bilingue français et Langue des Signes Française à partir de 5 ans

Teaser du spectacle en vidéo. Réalisé par Mathieu Gervaise :

Fiche technique

Durée : 45 min

Interprètes :

Écriture : Geneviève Rando
Mise en scène : Nathalie Marcoux
Scénographie et costumes : Emmanuelle Sage-Lenoir

Régie : Nathalie Marcoux ou Emmanuelle Sage-Lenoir
Composition musicale : Marc Closier
Vidéo : Mathieu Gervaise
Affiches : Cécile Gras

Entrez une nouvelle fois dans la forêt des contes, en compagnie du Chaperon rouge … et du Loup, inévitablement !

En musique, en geste, en français et en langue des signes : un espéranto du corps et de la voix pour dire l’apprentissage de la liberté, le danger d’une rencontre, la ruse du plus petit qui se sauve du grand méchant.

Tout y est, la petite fille choyée par sa maman et sa mère-grand, la galette, le petit pot de beurre, la forêt, le loup, « et patati et patata, patin couffin ». Tout y est, et pourtant tout est décalé. Ici la malice l’emporte sur la peur …

Tout y est, promis, juré : les mains poilues, les grands yeux, les grandes oreilles et même les grandes dents !! C’est pour mieux vous embarquer mes enfants, parce que..

« Tout le monde passe par la forêt.
Tout le monde.
C’est comme ça. »

Dans la création

Mot de l’auteure

Prologue à l’usage des parents et des enfants qui écoutent ensemble le conte du Petit Chaperon Rouge,et qui voudraient le conter un jour à leur tour.

« Qui n’a écouté un conte avant de s’endormir, ou par un jour de pluie grise ou assis en cercle sous une nuit d’été étoilée. Chaque enfant en a un souvenir. Une trace en lui.

Un soir, nous étions là à quelques uns devenus des « grandes personnes », autour d’un feu. Nous avons parlé de la journée et des bois autour de nous, de nos métiers, de nos enfants et de bien d’autres choses. Puis, sans savoir pourquoi ni comment, nous  avons, à tour de rôle, évoqué notre Petit Chaperon Rouge. Celui qui est en nous. Chacun avait le sien, bien enfoui entre l’oreiller et la peur. Avec des détails et des sensations qui pouvaient se contredire ou au contraire certifier que le Petit Chaperon Rouge, tout le monde l’avait bien rencontré, et que c’était bien lui, enfin elle, et pas une autre.

Nous avons parlé longtemps de lui, jusqu’au moment où l’envie de raconter encore et encore le Petit Chaperon Rouge nous a démangé les mains, les jambes, la langue. Alors on s’est dit, pourquoi ne pas le raconter encore une fois ?

Mais tout le monde la connaît cette histoire.

Oui c’est vrai, mais ce qui compte, c’est qu’elle continue à voyager d’un enfant à l’autre, d’une forêt à un village, d’une grand-mère à ses petits-enfants et des loups aux bûcherons. Juste pour le plaisir d’avoir peur et d’aller se promener dans nos forêts secrètes.
Demain, ou plus tard, vous aussi vous écrirez probablement votre Petit Chaperon Rouge. »

Geneviève Rando

La musique

Marc Closier a créé musique, ambiances, rythmes, sons et chansons du spectacle. Sur le plateau, il est en direct aux manettes : percussions, chant, guitare, saxophone (son instrument de prédilection) et sample. Lors de la représentation, les vibrations des instruments permettent au public sourd et malentendant d’accéder à ce langage musical.

La LSF dans ce conte

La LSF (Langue des Signes Française) est d’une richesse inouïe en images et un trésor inépuisable pour l’expression corporelle. Les scènes peuvent être racontées vues de loin, vue de près, représenter les déplacements… Appliquer cette langue dans un conte au théâtre, c’est magique.

Mais nous n’allions pas nous servir de la Langue de Signes sans faire un spectacle complètement accessible, bien évidemment. Tous les personnages signent autant qu’ils disent, ils parlent comme ça. Une langue corporelle commune, compréhensible par tous de façon intuitive et sensorielle.

Irene Dafonte, passionnée de cette langue, rend la LSF accessible aux entendants.

Teaser de Maman Chaperon en Langue des Signes Française

Publié par Les13lunes dans En représentation

Maman Baleine

Conte musical pour les tout petits à partir de 3 mois

Teaser du spectacle en vidéo. Réalisé par Mathieu Gervaise :

Fiche technique

Jauge : 30 – Durée : 30 min

Interprètes :

Ecriture : Geneviève Rando
Mise en scène : Nathalie Marcoux
Scénographie : Emmanuelle Sage-Lenoir

Création son : Mercedes Sanz
Création maquillage : Maud Baron
Travail Vidéo : Mathieu Gervaise
Affiches : Cécile Gras

Petits clapotis, gros soupirs, rires en cascade…

Une immersion à ciel ouvert pour babillages et violoncelle, du premier son aux premiers mots, de la première caresse à la première exploration.

Quand son Baleineau naît, Maman Baleine l’accompagne à la surface de l’Eau, pour qu’il prenne sa première respiration. De l’eau à l’air, de l’air à l’eau, Baleineau peu à peu s’aventure jusqu’au bateau, bondit toujours plus haut vers l’Oiseau, et s’il se perd, Maman Baleine le rejoint sans trop tarder pour le cajoler et le rassurer.

Le dispositif scénographique enveloppe les spectateurs tout comme l’univers sonore composé de sons sous-marins, de chants de baleine, de voix d’enfants – enregistrées lors de séances de travail de recherche en crèche.

L’accueil des spectateurs est soigné de manière à les installer au mieux, leur permettant ainsi de s’étendre, chantonner, reprendre la gestuelle de comptines au fil du spectacle.

Nous proposons aussi des « Formations et ateliers pour la petite enfance » à faire en amont de la représentation.

Publié par Les13lunes dans En représentation

Une demande en mariage tout terrain

Courte pièce en sept scènes pour toute la famille

Teaser du spectacle en vidéo. Réalisé par Scènes d’été en Gironde :

Fiche technique

Durée : 50 min

D’après Anton Tchekhov, sous la direction de Florence Marquier

Création 2010
Production : Compagnies Les 13 lunes, Les Lubies
Co-production : coproduction Les 13 lunesLes Lubies / Iddac – agence culturelle de la Gironde

 

– 3 comédiens, aucune technique, un spectacle qui s’adapte au lieu
– dispositif bi-frontal intérieur ou extérieur

Interprètes :

La pièce

Courte pièce en sept scènes, Une demande en mariage tout terrain excelle à peindre les caractères fébriles et excessifs de petits propriétaires terriens. Chez les Tchouboukov, un jeune homme maladif, Lomov, vient faire sa demande. La mère, veuve soupe au lait, le reçoit. Natalia, jeune fille vive et obstinée, l’espère. Une phrase malheureuse, un détail dérisoire … et s’abattent toutes les vieilles rancœurs familiales, les contentieux jamais réglés, au travers de mots qui, souvent, dépassent la pensée …

La presse en parle

« Des chaises entourent la « scène » comme pour une rencontre entre alcooliques anonymes. Le public est assis dessus, entouré d’issues de secours. Pas le temps de s’inquiéter, la pièce a commencé et le centre social Bordeaux Nord n’a jamais été aussi tchékhovien. Il n’y a rien d’autre que l’énergie de Nathalie Marcoux (la mère), Mercedes Sanz (la fille) et Vincent Nadal (le prétendant), et leur folie expressionniste.
Au coeur de Tchekhov, comme ça, sans rien, sans ficelle, c’est quand même très fort. »

Joël Raffier, Sud-Ouest, 5 novembre 2010

 

Retrouvez tous les articles ici !

Où, quand, comment ?

Chez vous ?

Dans une salle au carrelage blanc bien lessivé, un bel appartement volume généreux-jolie-vue-dégagée, au bord de la piscine à l’heure de l’apéritif… Ce spectacle fait le pari d’« installer » ses 3 acteurs partout ailleurs qu’au théâtre. Parce que les disputes de voisinage et les susceptibilités emportent les personnages bien au-delà du raisonnable, bien au-delà des convenances, parce que cette violence drôle et cruelle est partout, nous voulons en donner toute la démesure hors des murs feutrés des boîtes noires. Assis au cœur même de l’aire de jeu, nos spectateurs témoigneront et jugeront de l’injustice faite à Lomov, à moins que ce ne soit lui l’usurpateur des Petits Prés aux vaches …

Aujourd’hui …

Ces gens-là pourraient bien posséder quelques vignes aux abords de Bordeaux, et remettre au goût du jour la chasse à courre dans les taillis girondins entre deux week-ends sur le bassin d’Arcachon. Cette fantaisie nous tente pour faire apparaître les personnages.

Tout terrain !

Le lieu de la représentation devient le lieu de vie des Tchouboukov. Les acteurs sont là, l’odeur des cannelés excite les papilles, le champagne est au frais, tout est prêt, tout a déjà commencé …

Publié par Les13lunes dans En représentation