photo_nath_web

 

 

Comédienne, metteure en scène

 

Après une Licence de Lettres modernes menée en parallèle avec la formation d’acteur du Conservatoire National de Région de Bordeaux en 1990-93, elle travaille comme comédienne au Théâtre en Partance à Paris, fondé par deux metteurs en scène issus de l’École du TNS, V. Aubert et S. Siad. Elle participe en outre au travail d’implantation de cette compagnie en Basse-Normandie.

 

De retour à Bordeaux en 1998, elle travaille avec D. Unternehr (Cie Lorsque 5 ans) et H. Bonnithon (Cie Apsaras) puis fonde la Cie Au cœur du monde avec L. Sgrazzutti.

Elle joue dans Lorsque cinq ans seront passés de Federico Garcia Lorca, L’Alchimiste d’après Ben Jonson, Midi 19 Les grands brûlés de Dominique Unternehr, Variations sur la N10 de Geneviève Rando, La logique du délire d’après Unica Zürn et Antonio Lobo Antunes, Le gardeur de silences de Fabrice Melquiot.

Puis plus récemment dans Bouli redéboule de Fabrice Melquiot, Une demande en mariage tout terrain d’après Anton Tchekhov, Manèges petite histoire argentine d’après Laura Alcoba, Ah ça je vais l’écrire de Geneviève Rando pour Script.

 

Elle met en scène pour la compagnie Au cœur du monde La prose du Transsibérien et de la petite Jehanne de France de Blaise Cendrars (2000), Variations sur la N10 (2004), Les souliers rouges de Tiziana Lucattini (jeune public, 2005), La logique du délire (2006), Miche et Drate de Gérald Chevrolet (jeune public, 2010), Manèges Petite histoire argentine (2011).

Dans le cadre d’un atelier de création théâtrale pour l’Université de Bordeaux, elle met en scène chaque année des œuvres d’auteurs tels que Joël Pommerat, Howard Barker, Hanokh Levin, Koffi Kwahulé, Dea Loher, Mattei Visniec, Sarah Kane, Rodrigo Garcia, Elfriede Jelinek.

 

Depuis 2012, elle poursuit son parcours avec la compagnie Les 13 lunes pour laquelle elle met en scène Sorcières, Maman Baleine et Maman Chaperon de Geneviève Rando.

 

Sa pratique théâtrale sort du cadre de scène pour s’enrichir d’activités menées au contact de publics et de lieux variés, et retourner aux plateaux équipés, aux boites noires si propices à l’imagination et à la création.